El Topo Grande voie au Verdon

330 m ED+ 8a
Ouvert par Marco Troussier en 1981, rééquipé pour le libre en 2008.

C’était l’objectif du mois de Mai, une belle grande voie de le Verdon qui nous donnerai du fil à retordre.

14 longueurs, cailloux magnifique, escalade technique, gouttes d’eau tranchantes : le rêve.

On se prend au jeu pour essayer l’enchainement : repérage des longueurs dures par le haut (faute d’étique?), achat de chausson, trace de magnésie. On a pas beaucoup de marge.

J1 : Heureusement bien nuageux !

Descente en rappel (sur relais flambant!) du Jardin Secret et dépose du bivouac à L8.

On attaque vers 11h à grimper, les températures fraiches permettent de ne pas perdre son capital peau/pied trop vite. La ligne n’est à l’ombre que vers 14h30.

Le début déroule bien, L4 un peu dévers, puis c’est parti pour le festival de la dalle : 7a, 7b+, 7b+, 6c++ . Magnifiques, ultra technique !

Après 10 longueurs (2 d’entre elles ont nécessité de remettre un essai) , on arrive aux sacs.  L’idée de continuer à grimper est vite écartée, les gouttes d’eau nous ont bien entamés !

L7 (7b+) ou La rape à doigts

On monte pour la 1ere fois notre portaledge gonflable (un peu de confort ne fais pas de mal), et on profite du bercement du Verdon

J2 :

Réveil à 6h, il fait déjà bien chaud.

On se dépêche de plier bagage et on attaque le 7a (seule longueur où le cailloux et l’équipement sont moyens) nous voilà réveillés !

Suit le 7b+ physique, je termine en sueur. Il est 10h on remet les ledges et on attend que le soleil passe.

3 litres d’eau et 4h de sieste plus tard on se lance dans le 7c.

La fatigue commence à se faire sentir, on peine à mettre les petits chaussons mais on a toujours pas la marge pour les babouches ..

un des fameux 6c++

Arrivés au pied du 8a, dernière longueurs clef de la voie, les pieds de Jérôme déclarent forfait, il monte mettre les paires en bel esprit d’équipe.

Pour l’enchainement complet d’el Topo dans l’étique puriste c’est déjà compromis, j’ai enchainé des longueurs en « moule » dans le bas… Je vais quand même tout donner.

J’avais fait ce 8a quelques jours plus tôt depuis le haut. Mais après 300m d’escalade je me sens un peu moins fluide.

Je tombe sous le relais , non sans crier un peu…

Ça ne sera donc pas l’enchainement rêvé mais une belle aventure, il faudra revenir un peu plus fort !

8a

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.